Portrait d’anciens des Jeux du Canada : Rhiannon Leier Blacher (1993)

Rhiannon Leier Blacher fait des vagues depuis longtemps. Membre d’Équipe Canada de 2000 à 2004, elle participe aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 et à ceux d’Athènes en 2004. En carrière, elle cumule 13 titres nationaux et 19 médailles en compétition internationale. La nageuse canadienne de l’année 2004 s’investit aujourd’hui dans le sport et sa communauté à titre d’entraîneure-chef adjointe des Seals de Saint James et membre de l’équipe de marketing et des communications de l’Université du Manitoba.

Avec la tenue des Jeux du Canada et l’annonce des travaux de mise à niveau de la Piscine Pan Am, l’occasion était belle de nous entretenir avec l’ancienne olympienne. Elle nous explique comment ses entraînements sur ce site majeur et sa participation aux Jeux d’été du Canada 1993 à Kamloops ont contribué à lancer sa carrière.

Comment avez-vous vécu votre expérience à la Piscine Pan Am quand vous étiez jeune et quel impact des installations comme celles-ci ont-elles sur le développement à long terme des athlètes?

La dimension et la réputation de la Piscine Pan Am m’ont toujours impressionné quand j’étais jeune athlète. À une certaine époque, le bassin était reconnu comme le plus rapide sur 25 m en Amérique du Nord en raison de sa profondeur et de sa largeur. La possibilité de m’entraîner et de participer à des compétitions dans une piscine rapide m’a aidé dans mon développement.  
 
Des installations comme la Piscine Pan Am jouent un rôle important dans le développement et le succès des athlètes de notre province. Elles permettent d’accueillir des épreuves d’envergure nationale et internationale, ce qui attire des gens vers le sport, et de retenir nos meilleurs athlètes et entraîneurs au Manitoba.

Comment votre expérience aux Jeux du Canada vous a-t-elle préparée pour des compétitions internationales comme les Jeux olympiques?

Les Jeux du Canada ont été ma première expérience à des jeux multisports. La possibilité de représenter le Manitoba m’a donné un avant-goût de l’excitation et de la pression que j’allais ressentir en représentant le Canada aux Jeux olympiques, et furent une bonne répétition générale en ce sens.

Aussi, comme à tous les jeux multisports, il y a plus de distractions, plus d’attention du public et plus d’événements protocolaires qui peuvent te faire perdre ta concentration. De pouvoir en faire l’expérience à petite échelle comme aux Jeux du Canada est un excellent moyen pour une jeune athlète de se préparer à le vivre sur la scène internationale.