Journée de médailles au curling - 2 mars

lundi, 4th mars 2019

 

La Colombie-Britannique et l’Ontario ont terminé samedi une semaine presque parfaite, remportant les médailles d’or aux compétitions de curling masculin et féminin aux Jeux d’hiver du Canada 2019 à Red Deer, en Alberta.

Les capitaines Hayato Sato et Bella Croisier ont réalisé d’excellentes performances en finale et ont reçu un solide appui de leur équipe respective pour remporter la médaille d’or devant une autre foule incroyable rassemblée au Centre Pidherney.

Les deux équipes avaient terminé le tournoi à la ronde avec une fiche de 9 victoires 1 défaite avant de se qualifier pour la finale du championnat.

Hayto Sato, le troisième Joshua Miki, le deuxième Dawson Ballard et le joueur de tête Troy Chong ont inscrit cinq points en septième manche pour prendre l’avantage dans un duel jusque-là âprement disputé et finalement l’emporter par 7-2 contre l’équipe ontarienne menée par Daniel Del Conte.

Daniel Del Conte, le troisième Nykolas Moore, le deuxième Samuel Guilbeault et le joueur de tête Vincent Barbon ont serré la main de l’équipe victorieuse après que Hayato Sato ait déplacé une pierre ontarienne à l’arrière de la maison, inscrivant cinq points pour la victoire.

« Oh! Juste regarder le lancer (de cinq points) et attendre... on l’a finalement eu et ils se sont mis à se serrer la main. Moi, j’étais là, les jambes ne faisant que trembler, a admis Hayato Sato, tout content. C’était un sentiment incroyable. On avait déjà trois marqueurs en place et chaque lancer était important, alors j’ai juste pris le temps nécessaire pour être sûr de mon coup (de cinq points qu’il a réussis). »

Hayto Sato n’a pas raté beaucoup de lancers durant le match, jouant à 90 pour cent lors de la finale dans laquelle la Colombie-Britannique a marqué deux points en première manche avant trois manches blanchies consécutives. Daniel Del Conte est revenu avec deux points en cinquième manche avant un autre manche blanchie. Par contre, ces manches sans point n’ont pas du tout été de tout repos, Hayato Sato y réalisant quelques coups époustouflants.

« Après avoir inscrit deux points, on savait que ce serait deux points importants, on le sentait, a expliqué Joshua Miki, le troisième de l’équipe britanno-colombienne. On voulait voir si on pouvait se débarrasser de toutes ces petites erreurs mentales et voir comment ils voulaient jouer ce match. »

« À la troisième manche, notre capitaine (Hayato) a fait un énorme double, une double montée de pierres, et nous a tirés d’affaire une fois de plus. Puis, il a une double sortie d’un bord à l’autre des cercles (en quatrième manche). Il a vraiment sauvé la mise à quelques reprises », a ajouté Joshua.

« On a fait de notre mieux pour ne pas leur donner de points faciles et on a eu un match très serré. On a saisi les occasions qui s’offraient à nous, au besoin, a mentionné Hayato Sato. J’ai dû faire quelques bons coups juste parce que je m’étais moi-même mis dans le pétrin à quelques reprises, mais mes balayeurs ont tenu bon, ils ont été formidables. »

Et c’était la première médaille d’or en curling masculin pour la Colombie-Britannique.

« Au fond, c’était juste une question de savoir qui aurait la dernière pierre et on était heureux de l’avoir (en septième), a déclaré Bryan Miki, l’entraineur de la Colombie-Britannique et aussi le père de Joshua. Hayato a réalisé d’importants lancers, tout simplement époustouflants, mais ça, il l’a fait toute la semaine. »

« Au début de la semaine, on s’est assis tous ensemble avec un psychologue du sport. Le reste des garçons ont dit qu’ils voulaient seulement faire les séries, alors que Hayato a dit de bout en blanc : “Je veux gagner l’or” et il a fait en sorte que ses rêves deviennent réalité. Il était déterminé et on pouvait le voir », a ajouté l’entraineur, ancien champion du Brier et du monde 2000. Il était tout aussi ravi que les jeunes de cette victoire.

« C’est une double victoire. J’avais dit aux autres entraineurs qu’on avait participé, l’an dernier, aux compétitions pour les moins de 18 ans et qu’on n’avait pas eu de bons résultats. Alors on s’était rassemblés et on avait recentré nos énergies. En plus d’être un entraineur, je suis aussi un parent, alors de voir mon fils gagner, c’est assez spécial », a ajouté Bryan.

Hayato Sato a fait écho à ces sentiments.

« Je ne peux même pas exprimer cela en mots, a dit Hayato. On est arrivés cette semaine en se disant qu’on allait jouer un match à la fois. Les choses se sont bien passées, on a eu quelques moments chanceux en cours de route et on a maintenu notre élan. Tout le monde a très bien joué et on m’a laissé la place pour faire des lancers faciles. »

L’équipe de la Colombie-Britannique se prépare maintenant pour les championnats provinciaux chez les moins de 18 ans qui aura lieu à Victoria.

Tout comme dans le match de curling masculin, la capitaine de l’équipe ontarienne, Bella Croisier, a joué un rôle important dans l’obtention de la médaille d’or, jouant à un incroyable 93 pour cent.

« On est tellement heureuse de cette victoire, a déclaré Bella au sujet de ce que ressentent ses coéquipières, la troisième Jamie Smith, la deuxième Piper Croisier et la joueuse de tête Lauren Rajala. O a très bien joué toute la semaine et cette belle victoire est un véritable travail d’équipe. »

« C’est énervant d’être en finale, mais on a gardé notre sang-froid et tout s’est bien passé. Je savais qu’on était capables d’y arriver et je savais notre potentiel. On venait tout juste, hier vendredi, de jouer un match assez difficile et on était bien contente de pouvoir en réchapper, a-t-elle expliqué après avoir remporté la demi-finale contre la Nouvelle-Écosse qui avait lancé très fort sa dernière pierre. C’est un peu comme éviter une balle, mais on est très reconnaissant d’avoir eu une autre chance. »

Les matchs pour la médaille de bronze ont tous deux été le théâtre de revirements spectaculaires.

L’équipe de Graham Loewen, du Manitoba, menait déjà 8-0 contre celle de Nathan Young, de Terre-Neuve-et-Labrador, après seulement trois manches. Mais Nathan Young et son équipe, composée de Sam Follett, Nathan Locke et Ben Stringer, sont revenus de l’arrière en inscrivant trois points à deux reprises. Toutefois, ce ne fut pas assez pour vaincre Graham Loewen, Zack Bilawka et les jumeaux Sean et Adam Flatt qui sont repartis avec le bronze grâce à une victoire de 8 à 6.

« J’espère que les gens ne vont pas prendre en photo ce tableau des résultats, a déclaré Graham Loewen en riant. C’était vraiment décevant de perdre vendredi face à la Colombie-Britannique (en demi-finale) et de manque mon dernier lancer. C’était un peu crève-cœur et de finir ainsi notre match, aujourd’hui, c’est aussi décevant, mais c’est bien de monter sur le podium. »

Il en va de même pour la capitaine de la Nouvelle-Écosse, Cally Moore, qui aurait pu vaincre Bella Croisier en demi-finale grâce à son dernier lancer qui était très fort. Dans la finale, Cally Moore, Taylor Stevens, Cassidy Currie et Cate Fitzgerald menaient 7 à 2 avant d’être forcées de jouer une manche supplémentaire lorsqu’Erica Cluff, du Nouveau-Brunswick, a fait une remontée incroyable pour créer l’égalité 7-7.

« C’était certainement un peu stressant de perdre une avance de cinq points et de devoir jouer une manche supplémentaire, mais on a réussi, a déclaré Cally Moore. Ce n’était pas la médaille qu’on espérait, mais c’était vraiment une excellente expérience, une occasion unique de dire qu’on est montées sur le podium. »

« On a gagné une médaille. On voulait réussir quelque chose pour la Nouvelle-Écosse et on l’a fait », a-t-elle ajouté après la victoire 8-7.

Citations

« Toute la semaine a été géniale. Les installations étaient fantastiques. Notre personnel de mission, tout le monde a été si gentil. Les fabricants de glace et les bénévoles, ils étaient tous très gentils et très accueillants. J’ai passé une excellente semaine ici, à Red Deer. C’est génial. » - La capitaine de l’équipe ontarienne, Bella Croisier, sur son expérience aux Jeux d’hiver du Canada 2019.

« C’est surréaliste. Je suis heureux de voir que tout notre travail acharné a porté fruit et quelle meilleure façon de le faire qu’en gagnant une médaille d’or. C’est vraiment surréaliste. On ne peut tout simplement pas y croire. On a dépassé nos attentes et on est heureux de voir ce qu’on pourra faire dans les prochaines années. » - Le troisième Joshua Miki au sujet de la médaille d’or remportée par l’équipe masculine de la Colombie-Britannique.