La journée de rotation : un défi logistique colossal

samedi, 23rd February 2019

Chris Welner
HipCheck Media

Médailles et souvenirs. C’est ce que rapporteront dans leurs bagages et leurs cœurs les athlètes et officiels qui quitteront les Jeux d’hiver du Canada lors de la journée de rotation samedi. Ceux qui débarquent pour la semaine 2 s’amènent pour leur part avec rêves et espoirs.

« Ça a été une expérience formidable, surtout la cérémonie d’ouverture. C’était fou! s’exclame Anna Rust, une gymnaste de 16 ans de Quispamsis, au Nouveau-Brunswick. Il y avait toujours plein d’activités. Je n’ai jamais trouvé le temps long, et la nourriture était vraiment bonne. Je suis triste de partir, mais je vais être contente de retrouver ma famille à la maison. »

Plus de 1 500 participants quitteront Red Deer après la semaine 1 des Jeux et 1 640 arriveront pour la semaine 2 en l’espace de 24 h, un exercice logistique aux proportions inégalées parmi les jeux internationaux. Les athlètes sont hébergés dans les résidences étudiantes du Collège Red Deer, qui a dû modifier son calendrier scolaire cette année en raison des Jeux.

« C’est la plus grande opération logistique humaine non militaire au Canada, indique Marc Sorrie, coordonnateur des services aux sociétés hôtesses du Conseil des Jeux du Canada. La quantité de gens et d’équipement est effarante, comme la distance qu’ils doivent parcourir. Tous les vols sont pleins samedi – aller et retour. »

L’aéroport de Calgary est la plaque tournante de 35 avions, la plupart de WestJet. Quelques vols nolisés transporteront les délégations vers le Nord, Terre-Neuve-et-Labrador, l’Île-du-Prince-Édouard et Montréal. Amex Global Business Travel a réservé pour plus de 4,5 millions $ en voyages aériens pour ces jeux. Contrairement aux voyageurs sur un vol commercial typique, les participants des Jeux du Canada sont nourris pendant leur voyage et à leur arrivée au Village des Jeux.

Pendant que les autobus en direction de Calgary commenceront à se remplir samedi matin, des équipes de nettoyage s’affaireront à enlever les draps et sacs de couchage de 1 832 lits. De la literie fraîche et de nouveaux sacs de couchage attendront la prochaine vague de participants.

 
« L’élément clé pour que tout fonctionne, c’est d’avoir de bons bénévoles et de bons employés, note Sorrie. Nous avons des préposés à l’accueil et aux bagages, des chauffeurs, des hommes et femmes de ménage et des cuisiniers à l’œuvre pour prendre soin de nos participants. »

La fin de semaine prochaine, toutes les résidences étudiantes devront être remises dans l’état où elles se trouvaient avant les Jeux. Les lits superposés devront être sortis de toutes les chambres et les bureaux réinstallés, comme s’il n’y avait jamais eu personne.

« Ça a été une super expérience. Nous avons été vraiment bien traités et nous devons dire un énorme merci à tous les bénévoles qui ont aidé à l’organisation des Jeux du Canada, affirme Maxime Prieur, membre de l’équipe de gymnastique du Québec, qui a remporté 12 médailles. On est très satisfaits de nos jeux et de notre performance, mais on va être contents d’être de retour à la maison dans nos propres lits. »

Épreuves de la semaine 2

Ski alpin
Tir à l’arc
Badminton
Ski de fond
Curling 
Patinage artistique
Gymnastique (trampoline)
Hockey féminin
Judo
Snowboard
Squash

Des jeux internationaux s’intéressent au modèle des Jeux du Canada

HipCheck Media

L’équipe de logistique des Jeux du Canada fait parler d’elle dans les hautes instances sportives internationales. Des comités organisateurs comme celui des Jeux olympiques de la jeunesse 2020 veulent connaître les secrets des experts derrière la logistique des Jeux du Canada, dont la planification méticuleuse assure la fluidité des opérations pendant l’événement.

Des délégations d’Amérique du Sud et du Pacifique Sud, des sociétés hôtesses des prochaines éditions des Jeux du Canada (région de Niagara, Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador), des Jeux d’hiver de l’Arctique et des Jeux d’été de l’Ouest canadien ont exprimé le désir de découvrir comment gérer l’immense défi qu’est celui de déplacer et d’héberger plus de 3 100 participants dans le cadre d’un festival multisports prolongé. 

« On fait notre petit truc, et de fil en aiguille on s’aperçoit qu’on a un modèle solide, et qu’il y a de plus en plus d’intérêt de la part d’autres jeux pour qu’on aille le leur expliquer, confie Marc Sorrie, coordonnateur des services aux sociétés hôtesses du Conseil des Jeux du Canada. Ce modèle permet aux Jeux d’avoir lieu dans des villes plus petites, mais il vient avec cet énorme défi qu’est la journée de rotation, où c’est tout le monde sur le pont. »

Le fait d’avoir une journée de rotation, où tout le monde quitte après la semaine 1 et une nouvelle vague de participants arrive, permet aux organisateurs de doubler la capacité des résidences disponibles. 

« C’est le moment pour les sociétés hôtesses de partager nos bons et moins bons coups avec les organisateurs des prochains Jeux du Canada et d’autres jeux, au Canada et à l’étranger », ajoute Sorrie.