La plus vieille partisane des Jeux tricote des tuques pour l’équipe de ringuette de ses arrière-petites-filles

dimanche, 24th February 2019

By Chris Welner
HipCheck Media

Ella Fleury, âgée de 104 ans, peut tricoter une tuque en moins de temps qu’il en faut à ses arrière-petites-filles pour marquer un but pour la Saskatchewan.

Mme Fleury, qui vit à Lloydminster, a remis à Keala et Maya Fleury 22 magnifiques tuques vertes, blanches et noires qu’elle a tricotées pour l’équipe. Tous les soirs depuis Noël, pendant environ un mois et demi, l’arrière-grand-mère a pris son temps et de la laine extraépaisse pour faire de chacune de ces tuques un chef-d’œuvre. Chaque maille de ces tuques et pompons contient donc dans ses fibres une bonne dose d’amour d’arrière-grand-mère. 

« Il y a deux choses qui permettent de rester jeune : une famille aimante et un objectif quotidien, dit Mme Fleury, qui aura 104 ans le 2 mars, le dernier jour des Jeux du Canada. Faire partie d’Équipe Saskatchewan est une chose extraordinaire pour Maya et Keala. Je suis très fière d’elles.  Je suis trop vieille pour assister aux Jeux à Red Deer, mais une petite partie de moi les accompagne – et le fait de tricoter toutes ces tuques m’a donné un but ces derniers mois. »

Mercredi, au Centre Collicutt de Red Deer, les filles ont été présentées portant leur tuque après un match. Et elles ont profité du passage d’une caméra pour crier en chœur : « Merci, grand-maman Ella! »

« J’étais excitée de voir la réaction de tout le monde. Les filles de l’équipe n’en revenaient pas qu’à son âge, elle pouvait tricoter toutes ces tuques. Elles étaient toutes fières d’elle. C’était émouvant, dit Keala Fleury, âgée de 16 ans. Mon arrière-grand-mère est l’une des personnes les plus attentionnées et bienveillantes que je connaisse – elle est tellement gentille. Je vais définitivement la remercier pour nos tuques. Je vais lui faire un gros câlin lorsque je la verrai. »

 Ella Fleury a tricoté plus de 100 tuques ces dernières années. Plus jeune, elle fabriquait des nappes qui pouvaient prendre jusqu’à deux ans de main-d’œuvre, ou des pièces de broderie afghane, qui pouvaient prendre jusqu’à six mois. Aujourd’hui, entreprendre un tel projet reviendrait, selon elle, à « commencer sa journée de travail à cinq heures de l’après-midi! »
Outre les tuques qu’elle destine à sa famille, Mme Fleury en donne à des œuvres de bienfaisance; elle en offre entre autres à l’unité d’oncologie de l’hôpital pour enfants de Calgary (Alberta Children’s Hospital), pour les enfants ayant perdu leurs cheveux pendant la chimiothérapie.

« Elle est formidable, une vraie source d’inspiration, affirme sa fille, Judy Ritz. Elle a une belle attitude positive. »
Mme Fleury, qui est capable de monter à bord d’un VUS par elle-même, a toujours la pêche. Elle a fait le voyage de 50 km jusqu’à Marwayne avec sa famille pour voir Keala et Maya en action. Elle était très impressionnée de la vitesse et de l’adresse de toutes les joueuses.

Ella Fleury a grandi à Rosetown, en Saskatchewan; elle est la quatrième d’une famille de 11 enfants. Seul son plus petit frère Marvin, âgé de 90 ans, est toujours vivant. Mme Fleury a trois enfants, huit petits-enfants et dix arrière-petits-enfants. 

Interrogée au sujet du secret de sa longévité, elle a déclaré : « Je pense que Dieu m’a oubliée. »