Q&R des anciens des Jeux du Canada de 2019

mardi, 17th September 2019

Malgré l'air glacial, Brooklyn McDougall de l'Équipe Alberta, l'athlète de la prochaine génération, était en feu lors des épreuves de patinage de vitesse sur longue piste aux Jeux d'hiver du Canada de 2019, à Red Deer. En tant qu'ancienne athlète des Jeux du Canada de 2015, Brooklyn est entrée dans la compétition avec des objectifs précis et une approche détendue. « Je m'en suis tenue à l'essentiel et j'ai patiné comme pour n'importe quelle autre compétition. Je m'étais entraînée si fort et j'étais tellement concentrée sur les Jeux de 2019 que quand j'ai remporté les cinq médailles et une quatrième place à ma sixième épreuve, je savais que mon dur labeur avait porté fruit. » Brooklyn continue de s'entraîner à temps plein avec l'équipe nationale de développement à l'Anneau olympique tout en étudiant les sciences biologiques à l'Université de Calgary. Elle sera l'une des athlètes à surveiller au cours de la prochaine saison alors qu'elle tente de se qualifier pour le circuit de la Coupe du monde senior à l'automne!

Quelle a été votre expérience des Jeux d'hiver du Canada de 2019 et en quoi a-t-elle été différente des autres compétitions auxquelles vous avez participé? 
En 2019, j'ai eu la chance de participer à mes deuxièmes Jeux du Canada, les premiers ayant eu lieu à Prince George, en 2015. Par rapport à il y a quatre ans, je me sentais beaucoup plus forte et sûre de moi dans mon sport. Les Jeux du Canada sont un événement très spécial que nous avons la chance d'avoir dans notre pays! On a vraiment l'impression de participer à de « mini Jeux olympiques » destinés à mettre en valeur le talent de la jeune génération d'athlètes canadiens. Mon expérience aux Jeux de 2019 a été surréelle, surtout puisque j'y participais en tant que représentante de la province hôte. Représenter l'Alberta à un événement rassemblant de multiples sports ne s'apparente à aucune autre compétition à laquelle j'ai participé. En se promenant dans le Village des athlètes, on tisse des liens d'amitié avec des athlètes pratiquant d'autres sports, et on se demande si on parle au prochain Sidney Crosby ou Hayley Wickenheiser!

Comment vous êtes-vous préparée pour les Jeux d'hiver du Canada de 2019, étant donné qu'il s'agit de la plus importante compétition à laquelle vous vous apprêtiez à participer?
En prévision de ces Jeux, je me suis assuré d'avoir une bonne force psychologique et j'avais confiance en mes habiletés de patinage. Je m'en suis tenue à l'essentiel et j'ai patiné comme pour n'importe quelle autre compétition. Je m'étais entraînée si fort et j'étais tellement concentrée sur les Jeux de 2019 que quand j'ai remporté les cinq médailles et une quatrième place à ma sixième épreuve, je savais que mon dur labeur avait porté fruit. Le fait d'avoir battu deux records de Jeux d'hiver du Canada représentait pour moi la cerise sur le gâteau! Je suis très reconnaissante de l'appui de mes coéquipiers et de l'équipe. 

Quel est votre meilleur souvenir des Jeux?                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  J'ai tellement de souvenirs qu'il est très difficile d'en choisir un. L'un de mes préférés est sans aucun doute d'avoir remporté ma première médaille d'or au 1500 m féminin. Il faisait tellement froid ce jour-là que l'on avait dû se mettre de la Vaseline sur le visage pour éviter les engelures! Mais en franchissant le fil d'arrivée, on se dit que ça en valait la chandelle. Un autre bon souvenir a été de participer aux cérémonies d'ouverture avec Équipe Alberta. Dès qu'on est entré dans le stade, on entendait la foule en délire; c'était magique!

Maintenant que les Jeux sont terminés, quel est votre prochain objectif dans votre sport?
Je m'entraîne actuellement avec l'équipe nationale à Calgary. Je suis très chanceuse de m'entraîner aux côtés de nos meilleurs sprinters au Canada. Ils me poussent tous les jours et me motivent encore plus à me tailler une place sur le circuit de la Coupe du monde senior cette saison.

Y a-t-il un athlète en particulier que vous admirez ou qui vous a inspiré tout au long de votre parcours sportif?
J'admire Catriona Le May Doan depuis le début de ma carrière en patinage de vitesse. Elle est non seulement l'une des patineuses les plus incroyables de tous les temps, mais elle a également atteint ce niveau avec tant d'assurance et de confiance. Catriona est une chef de file sur la glace et hors glace. Elle est une source d'inspiration pour beaucoup de jeunes athlètes féminines. J'espère un jour inspirer aussi les jeunes filles.

En dehors du sport, quels autres passions ou passe-temps avez-vous?
En plus de mon programme d'entraînement à temps plein, j'étudie à l'Université de Calgary en sciences biologiques. Je me passionne pour la recherche médicale et je travaille dans le domaine de la recherche et de la prévention des accidents cérébrovasculaires à l'Hôpital Foothills. Mon objectif scolaire est d'entrer dans une école de médecine! J'ai aussi une passion pour les voyages et le plein air.

Y a-t-il un fait unique à propos de votre sport que beaucoup de gens ne connaissent pas?  
Même si les lames de patin ont l'air complètement plates, elles sont en fait légèrement arrondies; le rayon de la courbe sur la surface de la lame s'appelle le « berceau ». Elles sont aussi légèrement courbées; la courbure du tube de la lame s'appelle la « cambrure ». On peut ajuster le berceau et la cambrure selon l'état de la glace, le patineur et les distances de course afin d'améliorer l'efficacité et la vitesse.

Quelle est votre plus grande aspiration dans le sport et dans la vie?
En patinage de vitesse, mon plus grand objectif est de faire partie de l'équipe olympique et de représenter le Canada. Dans la vie, pendant que je m'emploie à atteindre mes objectifs en patinage de vitesse et en dehors du sport, je veux profiter du moment présent et ne rien tenir pour acquis. Je me sens très choyée d'être là où je suis. Il est important que je prenne du recul pour élargir ma perspective. Ma plus grande aspiration est d'insuffler à la prochaine génération le désir de travailler dur et de voir grand.

Si vous pouviez rivaliser dans votre sport contre n'importe quel athlète, vivant ou mort, qui serait-ce et pourquoi?
J'aimerais me mesurer à Catriona Le May Doan ou, encore mieux, m'entraîner avec elle, pour me nourrir de son expertise en patinage!

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes athlètes qui s'entraînent en vue de participer aux Jeux du Canada? 
Je leur conseillerais d'avoir du plaisir. Quand je me rappelle des raisons pour lesquelles je compétitionne, soit ma passion pour le patinage de vitesse, c'est à ce moment que je suis au meilleur de ma forme. Lorsqu'on travaille pour atteindre ses objectifs, il y a certainement des obstacles, mais on en ressort plus fort en tant qu'athlète et personne. Dans ces moments, on ne doit pas oublier de s'amuser et de profiter de son sport.