LES JEUX DU CANADA
LA PROCHAINE GÉNÉRATION DE LEADERS CANADIENS

DU PODIUM AU PARLEMENT

DU PODIUM AU PARLEMENT

August 27, 2020
Par: Christopher Séguin

Un parcours qui a commencé à Oakville, Ont., s’est poursuivi aux Jeux du Canada et aux Jeux olympiques pour finalement tirer à sa conclusion dans la Chambre des Communes : un aperçu du cheminement sportif et professionnel de Adam van Koeverden. 

Avant qu’il devienne l’un des plus célèbres pagayeurs au Canada et le député de la circonscription de Milton, Ont., Adam van Koeverden n’était qu’un adolescent qui cherchait son chemin.

Un garçon de 13 ans qui habitait à Oakville, Ont., van Koeverden avait besoin d’orienter sa vie et heureusement pour lui, sa mère Beata a trouvé une solution. Après avoir vu une publicité pour le Burloak Canoe Club dans le journal local qui avait pour slogan « Futurs champions recherchés », elle a encouragé son fils à s’y inscrire, une décision qui deviendrait un moment marquant pour ce quadruple médaillé olympique.

« Ma mère a vu une pub dans le journal et à l’époque j’étais le genre d’enfant qui s’attirait parfois des ennuis après l’école. Je manquais de projets précis, j’avais besoin de me fixer un objectif », se souvient van Koeverden, maintenant âgé de 38 ans, qui s’est joint au Burloak Canoe Club en 1995. « Sans doute, ce ne serait pas un choix transformateur pour la plupart des gens, mais pour moi, ce l’était. J’ai commencé à fréquenter le Club et j’ai fait la rencontre de certains individus qui m’ont beaucoup inspiré, des entraîneurs exceptionnels et des jeunes athlètes acharnés. »

« Je me suis simplement inscrit à un programme de sport communautaire comme le font beaucoup d’enfants. Et la nôtre [au Burloak Canoe Club] avait la chance de bénéficier d’entraîneurs de calibre mondial, d’accès à des athlètes qui faisaient partie d’équipes nationales, et d’une tradition de succès. J’ai été très chanceux de faire partie de ce groupe. »

Adam van Koeverden (à droite) qui est en compétition aux Championnats du monde de canoë de vitesse de l’IFC à Duisburg, en Allemagne (2007). Van Koeverden a remporté sa première médaille d’or au K1 500 m lors de cette compétition en Allemagne. Au total, il a remporté huit médailles de championnats mondiaux au cours de sa carrière.

Fondé en 1989, le Burloak Canoe Club est un des meilleurs clubs de canoë-kayak de vitesse au Canada, illustré par son classement en troisième position ou mieux lors de 25 des 29 derniers Championnats nationaux. On compte pendant cette lancée victorieuse cinq podiums consécutifs avant l’arrivée de van Koeverden en septembre 1995. Une fois qu’il y était installé, le nouveau membre du club n’a pas tardé à apporter sa contribution à son succès.

« Pratiquer le kayak de vitesse, c’est comme être assis sur une corde raide », dit van Koeverden. « Tu ne peux pas simplement t’y asseoir et pagayer. C’est d’abord quelque chose que toi tu prends au sérieux, mais le sport ne fera pas autant tant que tu ne l’aies pas pratiqué assez longtemps pour que tu puisses, à la limite, équilibrer le bateau. C’était exigeant, mais [Burloak] était un club super avec beaucoup de gens de mon âge et un peu plus âgés [que moi] qui paraissaient inspirés, et c’est ça qui m’a poussé à continuer. »

Van Koeverden n’a pas mis longtemps à maîtriser son nouveau sport. Dès 1997, le deuxième été qu’il pagayait à Burloak, cet élève de l’école catholique St. Ignatius of Loyola faisait route vers la capitale dans l’espoir de se qualifier pour les Jeux du Canada qui auraient lieu à Brandon, Man., plus tard cet été.

« J’avais 15 ans, alors j’étais un des plus jeunes athlètes qui poursuivait cet objectif », ajoute van Koeverden, qui aurait été en compétition avec des athlètes âgés jusqu’à 18 ans lors de cette épreuve de qualification. « Ma course lors des éliminatoires a été un moment tournant. »

« Alors j’ai été sélectionné pour l’équipe et j’ai participé à l’épreuve du K1 1000 m, ce qui a étonné beaucoup de monde. Mon entraîneur et mes parents étaient surpris d’apprendre que je partais directe à des Jeux dans une autre province, puisque je ne pratiquais le sport que depuis environ deux ans. »

Van Koeverden qui se prépare pour une course lors de sa toute première expérience olympique, aux Jeux d’été de 2004 à Athènes, en Grèce. Van Koeverden a participé à quatre Jeux olympiques au cours de sa carrière et y a gagné quatre médailles.

Content d’avoir assuré son billet à Brandon 1997, van Koeverden était motivé d’atteindre encore de meilleurs résultats. Avant de partir au Manitoba pour la 16e édition des Jeux du Canada, il a lancé un petit pari amical à son père, Joe.

 « Je me servais d’un des bateaux du club [Burloak] évidemment, puisque ce n’était que mon deuxième été, et j’ai demandé à mon père de m’acheter mon propre bateau si je remportais une médaille aux Jeux du Canada », se souvient van Koeverden.

 « Il trouvait que, dans une certaine mesure, c’était un bon pari. Je crois qu’il avait parlé à mon entraîneur et ce dernier lui avait sûrement dit que j’avais peu de chances de décrocher une médaille. »

Sans doute à la surprise de son père et de son entraîneur, van Koeverden, à seulement 15 ans, a remporté la médaille de bronze au K1 1000 m à Brandon 1997, qui s’est déroulé sur le lac Minnedosa. Fidèle à sa parole, son père, Joe, a offert à son fils Adam son premier bateau. Mais avant tout, cette médaille de bronze aux Jeux du Canada et l’expérience vécue à Brandon représentaient pour van Koeverden une étape et une réussite importantes au tout début de sa carrière.

Van Koeverden, à la tête de l’Équipe Canada, porte le drapeau canadien lors de la Cérémonie d’ouverture aux Jeux olympiques d’été de 2008 à Beijing, en Chine. Le quadruple médaillé olympique a également été porte-drapeau pour le Canada lors de la Cérémonie de clôture à Athènes, un de seulement trois athlètes canadiens qui ont eu deux fois cet honneur (avec Simon Whitfield et Catriona Le May Doan).

Au cours des étés suivants, van Koeverden s’est amélioré progressivement et a pu participer à des compétitions externes à son club. En juillet 1999, il a eu l’occasion de représenter son pays aux Championnats du monde juniors à Zagreb, en Croatie, où il s’est classé troisième au K1 1000 m. C’était sa première médaille sur la scène mondiale, mais ce ne serait certainement pas sa dernière; van Koeverden est monté sur le podium de plus en plus souvent à mesure qu’il commençait à se pousser en vue de se qualifier pour les Olympiques, un événement qu’il n’avait guère considéré avant son expérience aux Jeux du Canada.

 « Je n’avais jamais vraiment songé aux Olympiques », se rappelle van Koeverden. « Les Jeux du Canada fournissent aux jeunes l’occasion de faire partie d’une équipe, une équipe multisport, et de participer à un événement multisport, et alors on commence à rêver à quoi pourrait ressembler les Olympiques, et comment on s’y ressentirait. »

Alors qu’il aspirait à vivre cette expérience, le kayakiste de vitesse a d’abord connu un revers en 2000 quand, à l’âge de 18 ans, il n’a pas réussi l’épreuve de qualification pour les Olympiques d’été à Sydney, en Australie. Néanmoins, cet échec a été un autre moment décisif dans le cheminement du jeune pagayeur.

« La défaite est un bon professeur », dit van Koeverden, qui a obtenu son diplôme d’études secondaires dans la même année que ce premier essai olympique. « Lorsque je ne suis pas parvenu à me qualifier en 2000, j’ai commencé à réfléchir sérieusement à ce qu’il faudrait que je fasse pour y arriver, quels changements seraient nécessaires, et à quel point j’y tenais. »

Revigoré par cette expérience, van Koeverden n’a plus jamais manqué de se qualifier pour les Olympiques.

Van Koeverden à 22 ans qui lève les bras vers le ciel pour célébrer sa médaille d’or à Athènes, en Grèce. Le champion olympique s’est classé en premier au K1 500 m un seul jour après avoir remporté la médaille de bronze au K1 1000 m.

Au cours des 16 prochaines années, ce kayakiste d’Oakville a participé à quatre Jeux d’été de suite, et c’est lors de ces compétitions qu’il est devenu un des athlètes canadiens les plus vénérés. Pendant sa première expérience olympique en 2004, le double médaillé van Koeverden, qui à l’époque avait 22 ans, n’a pas tardé à se faire remarquer; il était le premier Canadien à réaliser cet exploit aux Jeux olympiques d’été depuis 1996 alors que Donovan Bailey et Clara Hughes, une ancienne des Jeux du Canada, avaient remporté chacun deux médailles.

Les efforts de van Koeverden correspondaient à ceux de Hughes et Bailey : il a remporté la médaille d’or au K1 500 m un seul jour après avoir décroché la médaille de bronze au K1 1000 m. Plus tard cette même année, cet athlète canadien de haut niveau a été le récipiendaire du trophée commémoratif Lou Marsh. Il a eu l’honneur de porter le drapeau canadien lors de la cérémonie de clôture à Athènes et encore une fois à la cérémonie d’ouverture à Beijing en 2008. Sur le plan de la performance athlétique, van Koeverden n’a pas cessé de s’épanouir. À la suite de ses victoires à Athènes, il a gagné des médailles d’argent aux Olympiques de Beijing (2008) et de Londres (2012).

L’ancien étudiant de l’Université McMaster a également remporté huit médailles aux championnats mondiaux qui ont eu lieu lors de cette période, y compris deux médailles d’or, et il a gagné une médaille de bronze lors de sa première expérience aux Jeux panaméricains de 2015 à Toronto. Son classement à TO2015 n’était pas la victoire qu’il avait envisagée, mais avoir l’occasion de concourir dans son pays natal lui a laissé de beaux souvenirs.

« J’ai beaucoup aimé faire partie de l’équipe », ajoute van Koeverden. L’athlète a aussi contribué à TO2015 au titre de membre du Conseil d’administration du Comité olympique canadien. « J’étais au Rogers Centre [en juin], et je me remémorais la cérémonie d’ouverture et à quel point elle était magnifique. Je pense que les Jeux panaméricains ont représenté un immense succès pour le sud-ouest de l’Ontario, et à Milton, on nous a laissé le vélodrome duquel la communauté profite énormément. »

Van Koeverden qui donne aux enfants des « high-five » pendant un de ses nombreux voyages avec Right to Play, un organisme philanthropique qui s’appuie sur le pouvoir du sport pour éduquer les enfants qui sont en situation d’adversité, de pauvreté ou de conflit.

Niagara est une autre communauté du sud-ouest de l’Ontario qui a bénéficié des Jeux panaméricains de 2015 notamment en raison des rénovations effectuées au Welland International Flatwater Centre (WIFC), le site qui accueillera les événements de canoë-kayak, natation en eau libre et triathlon lors des Jeux d’été du Canada Niagara 2021. Le WIFC a été le théâtre des épreuves de canoë-kayak de vitesse de TO2015 et donc de la performance de van Koeverden qui lui a valu la médaille de bronze.

« [Le WIFC est] une installation et un centre formidable. C’est super qu’on ait adapté l’utilisation des cours d’eau au loisir », dit van Koeverden, qui a participé à des compétitions à Welland presque tous les étés entre 1997 et 2016. « Il y a beaucoup à faire à Welland. [Le WIFC est] un des parcours qu’on peut facilement suivre, alors c’est une bonne idée d’apporter une bicyclette. On peut également faire un tour à Dane City si on est à bicyclette. »

« [Niagara] est aussi un des meilleurs endroits en Ontario pour profiter du vin et de l’agriculture. Si la scène gastronomique vous plaît, il se passe beaucoup à Niagara-on-the-Lake, et j’encouragerais à tous ceux qui visitent la région à saisir l’occasion de la découvrir. »

Son séjour à Niagara lors des Jeux panaméricains, ainsi que le reste de cette saison sportive de 2015, a été un tournant dans la carrière de van Koeverden. À ce stade, il ne faisait pas que participer aux compétitions. Il assumait également un rôle d’intervenant quant aux enjeux en matière de gouvernance, et d’ambassadeur pour Right to Play et WaterAid Canada. Il a voyagé à Rio pour les Jeux olympiques de 2016, mais cette quatrième participation a été sa dernière.

« Quand j’ai abandonné le kayak en 2016, ce n’était pas parce que je ne désirais plus faire partie de l’Équipe Canada », dit van Koeverden. « C’était simplement parce que je n’étais plus motivé de faire du kayak en vitesse pour le Canada. J’ai passé la plus grande partie des deux prochaines années à trouver d’autres moyens de contribuer, de faire partie de l’équipe, et de continuer à travailler pour le Canada et, d’une certaine façon, pour les Canadiens. »

Van Koeverden adresse la parole à ses partisans lors d’un rassemblement à Milton, Ont., avant l’élection fédérale de 2019. Seulement deux jours plus tard, le candidat libéral a remporté l’élection sur Lisa Raitt, qui était la députée de cette circonscription depuis 2008, pour devenir le député fédéral de Milton.

Cet engagement envers son pays a fini par le mener à la Colline du Parlement. Dans sa première année en politique, van Koeverden, qui était alors le candidat libéral de la circonscription de Milton, a emporté l’élection d’octobre 2019 sur Lisa Raitt, qui avait longtemps été la députée de cette division électorale. Van Koeverden, qui a aujourd’hui 38 ans, est actuellement le secrétaire parlementaire du ministre de la Diversité et de l’Inclusion et de la Jeunesse et du ministre du Patrimoine canadien (Sport). Il affirme que son travail humanitaire à l’étranger a beaucoup influé sur sa décision de se lancer en politique.

« Plus je voyageais, et surtout à l’international, plus je me rendais compte à quel point nous sommes chanceux d’être Canadiens, et que cette chance n’est pas le fruit du hasard », stipule le député libéral.

« Pour obtenir de bons résultats pour les Canadiens, il faut d’abord élire un bon gouvernement. Le peuple mérite une représentation honnête et assidue. J’en constatais beaucoup d’exemples au Canada, et je voulais faire partie de cette équipe, et participer et contribuer au pays qui m’a tant donné, et qui continue à donner aux personnes qui arrivent des autres pays ainsi qu’aux Canadiens qui y habite déjà. »

Et dire que son chemin aurait pu être différent si sa mère n’avait jamais vu cette publicité pour le Burloak Canoe Club dans le Oakville Beaver. Heureusement pour nous, cela n’a pas été le cas, et le Canada a pu bénéficier des contributions de van Koeverden autant dans l’arène sportive que sur la scène politique.

Ce genre d’histoires vous intéresse ? Si vous voulez recevoir des articles sur les anciens des Jeux ou si vous désirez obtenir les dernières mises à jour sur Niagara 2021 et découvrir comment vous pouvez vous impliquer dans les activités de la plus grande compétition multisports au Canada, abonnez-vous à notre bulletin N21 Action au https://niagara2021.ca/fr/comment-participer

Partager:
Haut de la page