LES JEUX DU CANADA
LA PROCHAINE GÉNÉRATION DE LEADERS CANADIENS

UNE ATHLÈTE QUI SE MONTRE À LA HAUTEUR - CÉLESTE DAO

UNE ATHLÈTE QUI SE MONTRE À LA HAUTEUR - CÉLESTE DAO

17 DÉCEMBRE 2020
Par: Christopher Séguin

Des Jeux du Canada à l’Université de Georgia : un aperçu du parcours sportif de la golfeuse québécoise Céleste Dao. 

Céleste Dao a très vite pris conscience des difficultés imprévues et des attentes limitées qui abondent en l’an 2020. 

Lorsque la première saison collégiale de la golfeuse a pris fin subitement en mars en raison de la pandémie de COVID-19, elle est rentrée au Québec, où elle a été obligée de se confiner pendant deux semaines. Puisque la situation ne s’est guère améliorée au cours des mois suivants, l’ancienne des Jeux du Canada de 2017 est à peine sortie de chez elle, ce qui a poussé son père Duc à acheter un filet pour qu’elle puisse taper des balles dans le jardin. 

Ensuite, malgré le calendrier chargé qu’elle avait de prévu pour l’été, elle n’a finalement joué que dans deux tournois. 

Mais heureusement pour Dao, elle ne devait pas s’entraîner toute seule pendant cette période sans précédent. 

« [Mon frère Malik et moi], on n’a pas pu participer à beaucoup de tournois cet été donc, on a joué des tournois l’un contre l’autre », se rappelle Dao. Son frère Malik, 16 ans, pourrait faire partie des nombreux golfeurs qui participeront à l’événement de golf lors des Jeux d’été du Canada Niagara 2022. « Je pense que c’est pourquoi on est tous deux très doués au golf : on a toujours quelqu’un contre qui faire concurrence. On organise des jeux de coups d’approche, de coups roulés, et je suis vraiment très chanceuse d’avoir quelqu’un qui s’entraîne toujours avec moi. » 

Malik, le frère de Céleste (à gauche) et leur père, Duc (à droite), regardent Céleste jouer lors de la deuxième ronde de l’Omnium féminin CP de 2018 au Wascana Country Club à Régina, Sask. Céleste a commencé à jouer au golf à l’âge de trois ans, frappant des balles avec son père dans le garage de leur foyer. (Photo : Bernard Brault / Golf Canada)

Quant au jugement qu’elle a prononcé sur son niveau de compétence et celui de son frère, Dao a tout à fait raison. 

Ce duo de Notre-Dame-de-L’Île-Perrot a gagné à peu près tous les tournois qu'un golfeur amateur québécois peut gagner dans la belle province, du Championnat provincial amateur aux Jeux du Québec. Ce succès leur a permis d’obtenir des résultats encore plus importants à l’échelle nationale : Malik a récemment été nommé àla formation nationale junior de 2021 de Golf Canada, et sa grande sœur Céleste a décroché plusieurs titres dignes de mention ici au Canada et à l’étranger. Elle a été membre de l’équipe nationale junior entre 2018 et 2019, après avoir participé à la 26e édition des Jeux du Canada, à Winnipeg, en 2017, l’année où sa carrière sportive a pris son élan. 

« C’était énorme, parce qu’après avoir participé aux Jeux du Québec, je considérais les Jeux du Canada comme étant la prochaine étape que je voulais franchir », se remémore Dao, qui, à l’âge de 13 ans, a gagné une médaille d’or et deux médailles d’argent aux Jeux du Québec de 2014. « L’équipe du Québec était choisie en fonction des résultats de trois tournois, et j’en avais déjà joué dans beaucoup au cours des années précédentes. » 

« Et ces trois tournois-là [en 2017], je les ai tous gagnés. » 

Dao est arrosée pour célébrer sa victoire au championnat canadien junior féminin de 2012 au Beach Grove Golf Club à Tsawwassen, C.-B. Dao a comblé un retard de trois coups pendant le deuxième neuf de la dernière ronde de l’événement pour remporter le tournoi sur la golfeuse ontarienne Emily Zhu, 14 ans. (Photo : Chuck Russell / Golf Canada)

Bien que Dao a remporté l’Omnium junior CJGA au Québec, le Championnat Premier élan du Québec et la Classique de Golf Junior Optimiste/Assante en 2017, ce ne s’est pas fait sans concurrence féroce. Deux autres futures golfeuses NCAA, Sarah-Ève Rhéaume (Université Furman) et Brigitte Thibault (Université Fresno State) ont mené une belle lutte, et finalement, toutes deux ont passé la fin de cet été de 2017 aux côtés de Dao, représentant le Québec aux Jeux du Canada. 

« Je me souviens de cette année. J’ai gagné le premier tournoi de l’année [l’Omnium junior CJGA au Québec] à Hawkesbury, en prolongation contre Sarah-Ève. Ensuite, j’ai gagné [la Classique de Golf Junior Optimiste/Assante] en prolongation contre Brigitte, et j’étais super contente », raconte Dao. 

« Et après, on était tous dans la même équipe! Comme j’ai dit, elles étaient cool, on n’avait aucun problème. On a tout laissé sur le terrain, et après c’était amical entre nous. » 

Le lien unissant ces trois jeunes Québécoises s’est encore resserré lorsqu’elles sont arrivées à Winnipeg avec en tête de marquer l’histoire des Jeux du Canada. Entre 2009, quand le golf avait été désigné un sport officiel des Jeux, et l’an 2017, toutes les huit médailles d’or remises dans le cadre du sport avaient été remportées par des athlètes et des équipes de la Colombie-Britannique. 

« On savait que le Québec n’avait jamais gagné de médailles d’or », déclare l’étudiante de deuxième année à l’Université de Georgia. « Quelqu’un m’a posé la question, et je me suis rendu compte que j’avais envie de remporter les deux médailles d’or [de l’événement]. C’était le but que je m’étais fixé. Lors de la dernière ronde, j’étais à quelques coups près de me classer en première pour l’événement individuel, et je n’avais qu’un seul objectif en tête. » 

Dao (au centre) avec ses coéquipières de l’équipe Québec, Sarah-Ève Rhéaume (à gauche) et Brigitte Thibault (à droite), aux Jeux du Canada à Winnipeg, Man. Thibault et Rhéaume, qui en 2017 a tiré un score record de 68 (-4) lors de la première ronde des Jeux du Canada, ont récemment été nommées à la formation Amateur féminine de 2021 du Golf Canada. (Photo : Anthony Fernando)

La volonté qui l’a guidée lors de cette quatrième et dernière ronde du tournoi s’est traduite par un score de 3 sous la normale de 72, permettant ainsi à Dao de prendre la première position dans le classement et de remporter la première médaille d’or du Québec dans l’événement de golf. Tirant un score final de 5 sous la normale, elle a également établi un nouveau record des Jeux du Canada pour le pointage le plus bas jamais réussi par une athlète féminine lors d’un tournoi de quatre rondes. Sa performance, couplée à celle de ses coéquipières Thibault et Rhéaume, a permis au Québec de remporter la médaille d’or dans l’événement du golf féminin en équipe également. Leur score combiné était de 573, soit 3 sous la normale — un autre record des Jeux du Canada. 

Cependant, aucun de ces accomplissements remarquables n’a véritablement surpris la jeune Dao. Au contraire, elle trouvait que c’était le point culminant naturel de toutes les batailles qu’elle avait livrées contre Thibault et Rhéaume au cours de cette saison. 

« Durant tout l’été, la compétition était toujours entre moi, Brigitte et Sarah-Ève », raconte Dao. « Je pense que c’est pourquoi le Québec a finalement gagné aux Jeux du Canada, en raison de la vive concurrence entre nous trois. » 

« Et pour ce qui est golfeurs de l’équipe, j’ai grandi avec Chris Vandette, puisqu’il [jouait] au même terrain de golf que moi à Summerlea. On a gagné tous les petits tournois ensemble depuis qu’on était jeunes, alors c’était vraiment très cool qu’il ait remporté la médaille d’or en même temps [que moi]. » 

Certes, le Québec a balayé le podium de l’événement de golf cette année-là, établissant de nouveaux records et mettant fin au règne de la Colombie-Britannique. Pourtant, on n’a pas l’impression que les résultats obtenus figurent parmi les plus beaux souvenirs que Dao garde de son expérience des Jeux; ce sont plutôt les moments passés avec Thibault et Rhéaume à Winnipeg, sur le terrain et outre de celui-ci, auxquels elle repense avec tendresse. 

L’équipe de golf du Québec après avoir balayé le podium aux Jeux du Canada de 2017 à Winnipeg, Man. Dao (deuxième à gauche) à côté de son équivalent masculin, le médaillé d’or de l’événement individuel Christopher Vandette (troisième à gauche) avec qui elle a grandi et a joué au Summerlea Golf and Country Club à Vaudreuil-Dorion, Qc., pendant sa jeunesse. (Photo : Anthony Fernando)

« C’était un moment très marquant pour moi », affirme Dao. Son succès aux Jeux du Canada était le sixième dans une série de victoires remportées au cours de 10 événements de suite. « C’était la première fois que je jouais vraiment dans une équipe. D’habitude, le golf est un sport individuel. C’était donc très cool de faire partie de l’équipe de golf du Québec. » 

« On jouait [au golf] toute la journée, et ensuite on revenait dans nos petites chambres, et nos pieds et nos chaussures puaient tellement, ça sentait pendant toute la nuit! Je me suis dit : c’est si cool et si amusant, et je m’en souviendrai toujours. » 

« On a joué aux cartes très tard dans la soirée, on a joué de la musique, et on a noué des liens très, très forts, c’était comme si on était une famille. » 

Malgré le fait que la triplette s’est quittée après les Jeux, elles ont gardé le contact au fil des ans, ce qui a été très important pour Dao, surtout quand elle est partie aux États-Unis pour suivre ses études et jouer au golf à l’Université de Georgia. Thibault, qui avait déjà passé un an en tant qu’athlète NCAA à l’Université Fresno State en Californie, a partagé des conseils concernant la vie étudiante avec sa plus jeune amie Dao avant qu’elle parte à l’UGA. 

Par ailleurs, la seule fois où elles se sont croisées lors de la saison NCAA de 2019-2020, au tournoi The Gold Rush à Seal Beach, en Californie, s’est avérée un autre moment mémorable pour la nouvelle membre des Georgia Bulldogs. 

Dao qui sourit lors de sa première saison à l’Université de Georgia. L’athlète canadienne de 19 ans a été nommée une All-American Scholar par la WGCA et a figuré au tableau d’honneur de la SEC à la fin de la saison 2019-2020. (Photo : Georgia Sports Communications)

« Pendant toute la saison jusque-là, je m’étais toujours qualifiée pour l’équipe, parce qu’il fallait qu’on se qualifie chaque fois [pour chaque tournoi]. Mais pour [The Gold Rush], la qualification a eu lieu à Trump National en Californie, et pour une raison ou une autre, mes frappes étaient vraiment nulles ce jour-là », raconte Dao. « Je perdais des balles, et je n’ai même pas réussi à me classer en cinquième. C’était la première fois que je ne m’étais pas qualifiée pour l’équipe, et donc j’ai participé en tant qu’individu. »

« J’étais furieuse contre moi-même. Mon entraîneur [Josh Brewer] est venu me voir, et il m’a dit, “Tu sais Céleste, je sais que tu peux le gagner. Vas-y, prouve-moi que j’avais tort, et que j’aurais dû te mettre dans l’équipe.” »

Et c’est exactement ce que Dao a fait. Après avoir obtenu un score de 71 (-1) dans la première ronde, elle a rehaussé son jeu d’un cran; la prochaine journée, elle a tiré un score encore plus bas, se hissant en première place. Elle a terminé sa dernière ronde avec un score de 68 (-4) pour finir comme la meilleure parmi toutes les 73 autres concurrentes sur le terrain, devançant sa coéquipière italienne Caterina Don d’un seul coup pour remporter la première victoire NCAA de sa carrière. 

« J’étais super contente pour l’équipe, parce que je savais qu’elle avait gagné. On s’est tous rassemblé, en se serrant dans les bras et en criant,» se rappelle Dao. Ce jour-là, les Bulldogs ont remporté le titre du Gold Rush sur Fresno State, l’école de Thibault, par 23 coups. « Et quand mes coéquipières m’ont vu, elles me disaient “oh, mon Dieu, t’as gagné!” et elles hurlaient. C’était vraiment un moment très, très agréable. » 

« Mon entraîneur [Josh Brewer] a dit “t’as réussi, t’as réussi, je savais que tu pouvais gagner”. » 

 Dao après avoir remporté le tournoi The Gold Rush à Seal Beach, en Californie (le 25 février 2019), sa première victoire au niveau collégial. Son score de 7 sous la normale était égal au sixième meilleur score obtenu dans un tournoi de 54 trous dans toute l’histoire de l’Université de Georgia. (Photo : Georgia Sports Communications) 

Le score final de Dao, 209, soit 7 sous la normale, était égal au sixième meilleur score obtenu dans un tournoi de 54 trous dans toute l’histoire de l’Université de Georgia. Sa victoire en Californie lui a aussi mérité la désignation « Freshman of the Week » de la SEC (athlète-étudiante en première année de la semaine) la semaine suivante. De plus, ce triomphe a servi à redonner à la jeune golfeuse la confiance dont elle avait besoin en ce moment. 

« J’ai vécu une période difficile lors de ce premier semestre en ce qui concerne ma performance au golf », explique Dao, qui, suite à l’achèvement de sa première saison NCAA, a été nommée une All-American Scholar par la Women’s Golf Coaching Association (WGCA). « Par contre, je pense que la Californie était le point tournant. Le fait de pouvoir briser la glace et de finalement tirer les scores auxquels j’étais habitué, et de ressentir cette confiance en moi; ça m’est revenu. » 

Cette confiance en soi n’avait guère été en manque pendant la plus grande partie de sa carrière, alimentée par les nombreux titres qu’elle a ajoutés à son C. V., notamment des victoires au Championnat junior féminin du Mexique en 2018 et au tournoi qualificatif pour la Coupe du monde junior Toyota en 2018. Plus impressionnant encore, elle a remporté deux fois de suite des qualifications pour l’US Open féminin, en 2018 et en 2019.

« D’habitude, je ne suis pas vraiment timide lorsque je rencontre un golfeur célèbre”, dit Dao, en racontant son expérience à l’US Open féminin de 2018 à Shoal Creek, en Alabama. « Mais quand je m’inscrivais à ce tournoi, j’ai vu Brooke [Henderson], et j’ai eu la chair de poule, comme, “oh, mon Dieu, c’est Brooke!” ». 

« Elle est venue vers moi et m’a dit : “Bonjour, ça va?”, et on a commencé à se parler, et elle m’a demandé “est-ce que tu veux jouer une ronde d’entraînement avec moi?”, et je lui ai répondu “oh my God, yes, t’es tellement gentille!” ». 

« Alors on a joué une ronde d’entraînement et elle était super gentille, et sa sœur Brittany aussi était très gentille et très chouette. Elles parlaient de la vie en tournée à mon père, qui était un nouveau caddie. Elles lui donnaient des conseils, et moi je les observais et je prenais des notes quand elles étaient autour du vert, et je me suis beaucoup amusé. » 

Dao prend part à une clinique de golf junior à l’Omnium féminin CP de 2019 au Magna Golf Club à Aurora, Ont. C’était la deuxième fois dans sa carrière qu’on lui a demandé de jouer au championnat national du Canada, un événement officiel de la LPGA. (Photo : Bernard Brault / Golf Canada)

Bien que Dao n’ait pas participé à l’US Open féminin qui a eu lieu la fin de semaine passée, elle entend certainement y retourner. Comme de nombreux athlètes de son calibre, elle espère un jour devenir une pro et pouvoir gagner sa vie en jouant des tournois comme ceux de la LPGA, tout comme le fait son idole, Brooke Henderson. En outre, grâce à son expérience aux Jeux du Canada, elle est animée par de grandes ambitions sportives. 

« Tu sais, après les Jeux du Canada, la prochaine étape, c’est les Jeux Olympiques de la Jeunesse, auxquels j’ai déjà participé. Maintenant, je pense vraiment que je veux aller aux Olympiques », dit Dao, qui s’est classée en 13e position aux Jeux Olympiques de la Jeunesse de 2018 à Buenos Aires, Argentine. « C’est une bonne progression d’y aller étape par étape, et je pense que c’est très cool que le Canada ait des Jeux, parce que ça donne aux athlètes comme moi la confiance que leurs rêves pourraient vraiment se réaliser. » 

Et je crois que nul ne doute que les rêves de la jeune golfeuse soient susceptibles de devenir réalité dans les années à venir.

Ce genre d’histoires vous intéresse ? Si vous voulez recevoir des articles sur les anciens des Jeux ou si vous désirez obtenir les dernières mises à jour sur Niagara 2021 et découvrir comment vous pouvez vous impliquer dans les activités de la plus grande compétition multisports au Canada, abonnez-vous à notre bulletin N22 Action au https://niagara2022games.ca/fr/comment-participer

Partager:
Haut de la page