Tout donner pour les Jeux

mercredi, 20th February 2019

Chris Welner
HipCheck Media

La Saskatchewan est reconnue pour ses longues routes plates, mais pour Anna Markwart, la route vers les Jeux d’hiver du Canada a été des plus abruptes.

En effet, la gardienne de but de ringuette originaire de Regina a dû se faire opérer pour réparer le ligament croisé intérieur de son genou droit. On lui prédisait un an d’inactivité sur la patinoire; vraisemblablement, l’athlète de 18 ans allait rater les Jeux d’hiver du Canada à Red Deer. Markwart, qui, à 14 ans seulement, avait déjà participé aux Jeux de 2015 à Prince George, était presque assurée d’être la gardienne partante de la Saskatchewan en 2019, accompagnée cette fois des joueuses avec qui elle avait grandi.


 
Après sa chirurgie en novembre 2017, Anna s’est totalement investie dans sa réadaptation. Elle a raté la saison 2017-2018, mais était de retour à l’entraînement en salle quelques semaines après son opération. Cinq mois plus tard, elle recommençait à patiner. 

« J’aurais pu tout simplement abandonner et ne plus jamais jouer à la ringuette, explique-t-elle. Mais mon plus grand rêve était de participer aux Jeux du Canada avec ces filles. Elles ont été ma famille pendant toute ma carrière. J’ai travaillé extrêmement fort. J’ai dû réapprendre à marcher, à faire du vélo et à courir. C’était tout simplement incroyable de pouvoir ensuite retourner sur la glace. »

Même si son premier match aux Jeux ne s’est pas soldé comme elle le voulait – une défaite de 8-4 contre l’Ontario, samedi – l’étudiante en soins infirmiers à l’Université de Regina et ses coéquipières étaient gonflées à bloc pour le tournoi. 

« C’était fou, nous étions tellement excitées, affirme Anna après avoir arrêté 46 tirs sur 54. En entrant sur la patinoire, je n’ai pas regardé la foule avant de m’être calmée un peu.

Le simple fait d’avoir bien joué était un accomplissement. Après avoir traversé cette épreuve, j’étais ravie de pouvoir jouer avec mes coéquipières. »

@annamarkwart3